•  Accueil
  • >    Les activités en académie

Les activités en académie

Colloque : ” L’École au prisme des émotions”

Colloque 2022 de l’AFAE – Académie de Versailles

L’École au prisme des émotions

Avec la participation d’Oriane Petiot et Jérôme Visioli, agrégés d’EPS et chercheurs en Sciences de l’Éducation

au laboratoire VIPS de Rennes.

“Inscrit dans une tradition cartésienne, l’École française a longtemps ignoré le corps et les émotions dont il est porteur. Pourtant, les émotions occupent une place centrale dans la relation pédagogique. Les élèves s’engagent dans leurs
apprentissages à travers plusieurs processus émotionnels, notamment envers leurs enseignants. De même, l’exercice du métier de professeur est puissamment chargé d’émotions, positives comme négatives, dont résultent satisfactions et tensions
professionnelles.

  • Les émotions des élèves : comment comprendre les processus
    émotionnels des élèves ? Comment intervenir sur ces émotions à des fins
    d’éducation, d’engagement et d’apprentissage ?
  • Les émotions des enseignants : d’où proviennent-elles ? A travers une
    analyse des moments émotionnels forts vécus par les professeurs, il s’agira
    de les comprendre, les positives et les négatives, pour déboucher sur des
    pistes permettant de construire une relation pédagogique efficiente.

Cette matinée se veut un temps de partage d’expérience et de sens, un temps de réflexion prospective, un temps où chacun trouvera, nous l’espérons, de quoi nourrir son désir d’avenir.”

Samedi 9 avril 2022 de 9 h à 12 h

Lycée Pasteur

21, boulevard d’Inkermann – 92200 Neuilly-sur-Seine

 

Un café d’accueil ainsi qu’un moment convivial et gourmand en fin de matinée seront offerts.

Participation aux frais : 10 € / inscription obligatoire

Responsables académiques :

Emmanuel.Tranchant@ac-versailles.fr

Emmanuelle.Breuilh@ac-versailles.fr

En partenariat avec :

Lycée Pasteur

Neuilly sur Seine

 

En Métro : station Les Sablons (ligne 1)

En Bus :     ligne 174 (arrêt Lycée) – lignes 82 et 43 (arrêt Église Saint-Pierre)  lignes 163 et 164 (arrêt Inkermann-Bineau).

Également possibilité de parking mais les transports en commun sont à privilégier

Conférence d’Étienne KLEIN – Petit-déjeuner/échange

Depuis quelques années la communication sur les réseaux sociaux a pris une place prépondérante. Partout dans le monde, les hommes politiques l’ont compris et privilégient ce mode de communication en opposition aux médias traditionnels, peut-être plus difficile à contrôler. Chaque personne disposant d’un téléphone dispose d’une audience mondial. Dans ce contexte, les prises de parole des scientifiques touchent un nouveau public.

Une vérité scientifique peut-elle combattre une fakenews ? Théorie du complot et monde scientifique, sont-ils si éloignés ? Existe-t-il de nouvelles relations entre les politiques et les scientifiques ? A quelle condition parle-t-on de la légitimité d’un scientifique ?Quelle est la place de la science dans l’enseignement français ? Pourquoi les français n’aiment-ils pas les sciences ? Pour quelles raisons le scientifique et le littéraire se sont-ils éloignés ? Les sciences font-elles encore partie des « Humanités » ?

L’Association française des secteurs de l’éducation a le plaisir de vous convier à un petit déjeuner / échanges autour de la présentation de Étienne KLEIN, Docteur en philosophie des sciences, auteur, conférencier

Mercredi 30 mars 2022 de 08h30 à 10h00

au Lycée Pierre-Gilles de Gennes / ENCPB

11 rue Pirandello, 75013 Paris

 

L’inscription est nécessaire dans un but d’organisation, merci de vous inscrire sur le lien suivant avant le lundi 21 mars 2022.   >>  Inscriptions.

 

Conférence-débat : “Quand la question de l’identité de genre entre à l’école par la porte du Bulletin Officiel”

Quand la question de l’identité de genre entre à l’école par la porte du Bulletin Officiel

Avec  Arnaud Alessandrin

Jeudi 03 février 2022, de 9 h à 11 h
Soit en présentiel au lycée Nicolas Brémontier (152, cours de l’Yser, Bordeaux)
Soit en visioconférence

Inscriptions du 20 janvier au 1er février 2022

 

Présentation

Le B.O. de l’Éducation Nationale n°36 du 30 septembre 2021 reprend circulaire du 29 septembre de la même année qui a pour titre : Pour une meilleure prise en compte des questions relatives à l’identité de genre en milieu scolaire. Elle concerne les enseignements primaires et secondaires. Son sous-titre, « Lignes directrices à l’attention des personnels de l’Éducation Nationale », prévient son lecteur du caractère général des préconisations qui vont lui être adressées. Le détail de leur mise en œuvre relèvera de l’établissement  ou des personnels  directement concernés.

Si la volonté de lutter contre toute forme de discrimination est en phase non seulement avec les politiques mises en œuvre dans les écoles, collège et lycées ; elle fait également parfaitement écho aux valeurs portées par l’École et ses acteurs.

Force est de constater, toutefois, que le cadre général qui est posé soulève d’autant plus de questions quant à sa déclinaison qu’il n’outille pas le lecteur pour y répondre. Ainsi, et sans être exhaustif, peut-on s’interroger sur l’invitation faite aux personnels des établissements d’« écouter », « accompagner » et « protéger ». Est-ce une disposition innée pour tous ? Les parcours professionnels ont-ils donné à chacun les compétences pour répondre à cette demande ? Les personnels sont-ils eux même écoutés et accompagnés ?
De la même manière, les injonctions liées à l’utilisation d’un prénom d’usage et les préconisations liées aux locaux (toilettes, chambres d’internat etc.) représentent une vraie complexité tant dans la réalisation matérielle que dans le travail d’acceptation à conduire en direction des autres élèves et des familles ; peut-être également en direction d’un certain nombre d’acteurs au sein de l’École.
Enfin, le texte aborde quelques aspects de la prise en compte des élèves transgenre sans envisager tous ceux qui manquent cruellement de cadrage. Quel barème appliquer, par exemple, à une évaluation certificative en EPS ?

Face à ces interrogations laissées sans réponse par un texte qui ouvre le champ des possibles et qui laisse les acteurs de l’Éducation souvent dépourvus, il nous a semblé pertinent de proposer, dans le cadre de l’AFAE, un moment d’échange et de réflexion. Ce d’autant plus que la question des élèves transgenre qui s’invite dans notre actualité, fait écho à toutes les luttes contre les discriminations que nous tentons de conduire avec plus ou moins de bonheur.

Arnaud Alessandrin, sociologue dont les travaux, notamment sur la question de la transidentité, sont nombreux et font référence, a accepté d’éclairer et de nourrir notre réflexion dans le cadre d’une conférence débat.

Arnaud Alessandrin est docteur en sociologie de l’université de Bordeaux où il a soutenu sa thèse intitulée « Du ‘transsexualisme’ aux devenirs trans » (2008-2012). Il y est actuellement chargé de cours et enseigne la sociologie du genre et des discriminations. Il est l’auteur de nombreux livres et articles sur le sujet des transidentités, du genre et des homophobies : « La transidentité » (Harmattan, 2011) ; « La transyclopédie » avec K.  Espineira et M-Y. Thomas (Des ailes sur un tracteur, 2012) « Géographie des homophobies » ; avec Y. Raibaud (Armand Colin, 2013) ; « Genre ! », avec B. E-Bellebeau, livre qui réunit plus de 40 auteurs autour de 70 fiches sur le genre (Des ailes sur un tracteur, 2014) ; « Sociologie de la transphobie » avec K. Espineira (MSHA, 2015). En 2017 il collabore avec Mélanie Bourdaa et publie « Fan et Gender studies : la rencontre »  (Téraèdre, 2017). Une suite du livre est parue en 2019 chez le même éditeur : « Fan et Gender studies : le retour« . En 2018 et 2019 il poursuit ses études sur les questions de genre et de santé et publie « Sociologie des transidentités » (Cavalier Bleu ed.), « Parcours de santé / parcours de genre » avec A. Meidani (PUM) et « Actualité des trans studies » (EAC ed.). En 2020, aux éditions Bord de l’eau, il sort « Santé LGBT » (livre collectif co-dirigé avec J. Dagorn, A. Meidani, G. Richard et M. Toulze). Fin 2020, toujours avec Johanna Dagorn, il publie « Quel est le rôle de la ville dans la lutte contre les discriminations ? » (MSHA ed.). 2021 débute avec la publication d’un nouveau recueil d’articles sur le genre, édités par les éditions double ponctuation et se termine par la sortie du livre « Que faire de nos dégouts? » (Eclisse ed.) avec Brigitte Esteve-Bellebeau et Rogelio Esteve. De nombreux autres articles sont disponibles en ligne.

En 2013, Arnaud Alessandrin devient rédacteur en chef de la revue « Miroir / Miroirs » dont il dirigera les numéro 1 (« Grindr mon amour », 2013) et 3 (« Mariage pour tous : un an… et après ? », 2014). La même année, il lance la revue « Les cahiers de la transidentité » avec K. Espineira et M-Y. Thomas. Tous trois ont également créé en 2011 l’ODT (Observatoire Des Transidentités), interface d’expertises et de visibilités trans. Après avoir quitté l’ODT en 2015, il est nommé avec Johanna Dagorn à la direction de la nouvelle revue « Les cahiers de la LCD -Lutte Contre les Discriminations » en décembre 2015 (revue du CGET et de l’ACSE). Tou.te.s deux dirigeront le premier numéro intitulé « La ville face aux discriminations » (2016) ainsi que le premier Hors-Série de la revue, intitulé « Droits culturels et lutte contre les discriminations » (2018). En 2019 la revue sort son 10ème numéro.
Enfin, les activités d’Arnaud Alessandrin sont fortement ancrées du côté des recherches de terrain. Après sa thèse sur les transidentités (2008-2012), il effectue une recherche sur la place du cancer dans les transitions trans (2013-2014) puis réalise une enquête quantitative sur la transphobie avec K. Espineira (2014). Cette dernière est récompensée par le prix Pierre Guénin (pour l’égalité des droits). Après avoir terminé une recherche CNRS portant sur l’effet de la socialisation genrée sur les parcours de santé (2014-2017) avec A. Meidani ainsi qu’une recherche sur la santé des LGBTI (2017-2018), il s’engage dans une étude portant sur les parcours de santé dans les Quartiers Prioritaires de la Ville (Fondation de l’Avenir, 2018). Il poursuit actuellement ses recherches sur ce qui lie les questions de genre et celles de santé à travers une enquête financée par l’IRESP (2018-2021), toujours aux côté d’A. Meidani ; ainsi qu’une recherche sur le rôle des témoins en situation de discrimination avec J. Dagorn. En 2021 il lance, avec les CHU, l’ARS et la région de Nouvelle-Aquitaine une recherche sur les parcours bariatriques et la grossophobie (2021-2023).

Ses activités en termes de recherche-actions l’amènent en 2014 à coordonner l’Observatoire Bordelais de l’Egalité (dispositif local de recherche et de veille sur les discriminations). Avec l’association ARESVI, il codirige avec Johanna Dagorn de très nombreuses recherches sur les femmes, leurs déplacements et leurs expériences de la discrimination (à Poitiers, Limoges, Niort ou Angoulême entre 2015-2019), dont une pour la ville de Bordeaux qui reçoit le label « Sexisme pas notre genre » en 2016. De 2016 à 2017, il pilote une enquête qualitative sur le sentiment de discrimination dans les Quartiers Prioritaires de la Ville. En 2018-2019 il lance, toujours avec Johanna Dagorn et l’Observatoire Bordelais de l’Egalité, une nouvelle enquête sur la place des LGBTI dans la ville. Tou.te.s deux reçoivent en 2018 un trophée d’honneur de la ville de Bordeaux pour leurs recherches et continuent de s’engager auprès de municipalités dans la mesure des discriminations (notamment Mérignac et Rennes en 2019, Pau en 2020 ainsi que Bordeaux Métropole en 2021-2022).

A côté de ces activités, Arnaud Alessandrin monte en 2009 l’Exposition photographique « Tina » à la Maison des femmes de Bordeaux. Cette série sera publiée en annexe dans son premier livre « La transidentité » (Harmattan, 2010) et sera exposé à la Galerie Christina (Bordeaux, 2010) et aux rencontres de la photographie de Rennes (2011). En 2012 il propose une lecture croisée des œuvres « Mes parents » d’Hervé Guibert et « Retour à Reims » de Didier Eribon à la Manufacture Atlantique (Bordeaux). En 2015-21016, il co-crée le site « Vivre mon genre », composé de vidéos et de témoignages à destination des mineurs trans. En 2017, il participe aux conférences TedX avec Johanna Dagorn pour une intervention intitulée « Harceler n’est pas jouer ». En 2018, il co-scénarise avec Johanna Dagorn, la bande dessinée « Lou ou une chronique du sexisme ordinaire » (sur des dessins de C. Lemaire) qui sera exposée à la fondation EDF en Juin de la même année. Toujours en 2018, il travaille aux côtés de D. Bobée et R. Cheneau dans l’écriture du feuilleton « Mesdames, messieurs et le reste du monde » pour le Festival d’Avignon, pièces qui seront reprises au théâtre national de Rouen en 2019. En 2019-2020 il accompagne le metteur en scène D. Gauchard pour son spectacle « Nu ». Le spectacle sera joué à Avignon en Juillet 2020 -festival annulé pour cause de Coronavirus et reprogrammé en 2021. En 2022 se jouera « Herculine Barbin » au TNBA (sous la dir. de C. Marnas) spectacle pour lequel il est conseiller artistique.

Enfin, depuis 2019, Arnaud Alessandrin est membre du conseil scientifique de la DILCRAH (Délégation Interministérielle de Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBTphobe). En 2020, France 3 lui consacre un reportage dans le cadre de la série de portraits « La parole libérée».

Visioconférence avec Frédéric FOREST

L’AFAE Normandie a le plaisir de convier les adhérents de l’AFAE à une visioconférence avec

Frédéric FOREST, IGESR

le MERCREDI 1er DECEMBRE à 14 h

Transformation des universités et évolution de l’accès à l’enseignement supérieur

Après une rapide présentation des universités, Frédéric FOREST axera son propos sur les formations et l’accès à l’enseignement supérieur.

Afin d’avoir une lisibilité des personnes intéressées par cette visioconférence, nous vous remercions
de bien vouloir vous inscrire en envoyant un mail à Matthieu Coste de Bagneaux : matthieu.coste-de-bagneaux@ac-normandie.fr

Un lien de connexion vous parviendra alors ultérieurement.

Conférence de Christophe Marsollier à Yzeure (03)

Monsieur Christophe Marsollier, IG ESR, tiendra une conférence le 26 novembre 2021 à 14 h 30 au lycée Jean Monnet à Yzeure, dans l’Allier,  dont l’intitulé est le suivant :

« Il s’agirait d’une part de caractériser, à la lumière de données issues de la recherche, les pratiques professionnelles qui relèvent de la bienveillance active et, d’autre part, de montrer en quoi cette posture rassemble des gestes et s’inscrit dans une éthique constituant un levier qualitatif puissant pour la réussite des élèves et le bien-être à l’école. »

 

  • Lycée Jean Monnet

39 Place Jules Ferry
03401 Yzeure

Renseignements et inscription auprès des responsables académiques de l’AFAE de Clermont-Ferrand

Rencontre avec Jean-Charles RINGARD (Paris)

Après une période compliquée, la section académique parisienne de l’AFAE est heureuse de vous annoncer le retour des petits déjeuner / échanges de l’AFAE Paris.

La voie technologique est délaissée car méconnue et victime de représentation négative. Peu d’entre nous sont capables d’expliquer les attendus, les enseignements, les débouchés, les profils attendus, les critères de réussites des filières S2TMD, STD2A, ST2S, STAV, STI2D, STL, STHR et STMG. Comment aider les élèves et les familles à faire un choix éclairé ? Quelle est la place de la voie technologique, quelle cohérence dans l’organisation actuelle ?   Les cordées, encouragée par l’Institution et qui remplacent les parcours d’excellence, peuvent-elles être un début de réponse ? Doit-on parler d’une ou de plusieurs voies ? Quel avenir pour la (les ?) voie technologique ? Quels sont les enjeux pour la Nation ?

L’Association Française des Acteurs de l’éducation a le plaisir de vous convier à un petit déjeuner / échanges autour de la présentation de Jean-Charles RINGARD, Inspecteur Générale de l’éducation, du sport et de la recherche, le :

Mercredi  13 octobre 2021 de 08 h 30 à 10 h 00

au Lycée Pierre-Gilles de Gennes / ENCPB

11 rue Pirandello, 75013 Paris

 

L’inscription est nécessaire dans un but d’organisation, merci de vous inscrire sur le lien suivant avant le lundi 11 octobre 2021. Inscriptions.

Etant donné le contexte sanitaire, le pass sanitaire est obligatoire pour nous rejoindre.

référents :

Nora Machuré, Proviseure du lycée Pierre Gilles De Gennes, ENCPB

Max Aubernon, Principal du collège Boris Vian

Visioconférence avec Jean-Pierre Obin [Académies de Nantes-Rennes]

Visioconférence avec Jean-Pierre OBIN

Mercredi 16 juin 2021  de 14 h 15 à 16 h

Inspecteur général de l’éducation nationale de 1993 à 2008, professeur associé à l’Institut universitaire de formation des maîtres de Lyon. Il est depuis 2010 chargé de cours à l’université de Cergy-Pontoise et à l’université de Versailles-Saint-Quentin en Yvelines. Depuis Février 2021, J.P. OBIN est missionné par le ministre BLANQUER sur la question de la formation à la LAICITE des personnels de l’Education Nationale. Il doit d’ailleurs rendre son rapport au ministre le 14 juin et nous fait l’honneur d’intervenir dans ce cadre le 16 Juin : Jean-Pierre OBIN se propose de partager dans un premier temps son analyse de la montée de l’islamisme à l’Ecole puis de formuler ses propositions pour contrer l’islamisme et pour outiller tous les acteurs de l’Education nationale et sortir ainsi des stratégies d’évitement.

Vous trouverez dans la lettre académique ci-dessous les informations utiles pour participer à cette visioconférence :

 

“Un an de pandémie. Quels enseignements en matière de gouvernance pour l’École ?” [Académie de Besançon]

Rencontre de l’AFAE académie de Besançon :

Un an de pandémie. Quels enseignements en matière de gouvernance pour l’École ?

Mercredi 19 mai de 13h45 à 17h au lycée Pasteur de Besançon.

En mars 2021 le numéro 169 de notre revue, Administration & Éducation, paraît avec le titre suivant : École et crise sanitaire : déstabilisation et opportunités.

 

Nous vous proposons de rencontrer certains des auteurs collaborateurs de ce numéro.

14h : Cécile Roaux autrice de l’article : « la direction d’école : crise sanitaire et crise de sens ».

Cécile Roaux est docteure en sciences de l’éducation et travaille au laboratoire Cerlis. Elle interviendra en visioconférence. De son point de vue la crise a montré que « la définition d’un bien commun local et son instrumentalisation posent autant de problèmes que la définition de priorités nationales ». Au moins pour les directions d’écoles ( dépourvues d’autonomie), placées dans une position intenable : sans pouvoir, mais sommées de prendre des responsabilités. Les discussions en cours, au ministère, au Sénat sur le statut des directions d’école témoignent aussi de cette préoccupation. Il sera intéressant d’interroger aussi Cécile Roaux sur ce point.

-14h 45 : Hervé Chomienne et Gilles Rouet co-auteurs de l’article : « crise de la Covid 19 et résilience des enseignants ».

Tous deux enseignants chercheurs à l’université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, membre du laboratoire Larequoi, interviendront en visioconférence. Ils ont travaillé sur les articulations entre organisation scolaire et identité professionnelle des enseignants et montrent que c’est dans leur construction identitaire propre et non dans l’organisation que les enseignants ont trouvé des modalités de gestion des groupes et des classes pendant la période du confinement. Leurs recherches peuvent être interrogées pour analyser ce qu’il en est aujourd’hui, dans des conditions d’organisations mouvantes.

-15h45 : Claude Bisson-Vaivre, Inspecteur général honoraire sera présent parmi nous.

Il est co-auteur de 3 articles, avec Annie Tobaty, qui traduisent une enquête menée auprès des adhérents de l’AFAE d’avril à juillet 2020. Ces articles analysent le point de vue des adhérents sur le pilotage « central » de la crise, sur le pilotage de proximité effectué par les personnels de direction, les IEN, les directions d’école, sur les transformations de fonctions ou métiers ( enseignants, CPE, profs principaux, inspecteurs référents etc…). Il lui appartiendra d’en résumer les principaux points, mais aussi de réagir aux débats précédents et de prolonger avec vous l’analyse de la crise.

Nous espérons pouvoir renouer ainsi avec des débats en direct. Toutefois, compte-tenu de la situation épidémique et afin de vous rencontrer dans le respect strict des protocoles sanitaires, la capacité d’accueil à ce temps d’échange est limitée.