•  Accueil
  • >    Colloques nationaux précédents

Colloques nationaux précédents

31e colloque national : De l’orientation à l’insertion, la formation face à la mondialisation

De l’orientation à l’insertion, la formation face à la mondialisation

Amiens, 20, 21 et 22 mars 2009

Suite aux nombreux débats sur l’orientation, le projet de chaque élève face au marché du travail semble prioritaire. L’insertion est désormais considérée dans une vision globale de formation du futur citoyen. Pour cette raison, l’École et l’université s’interrogent sur l’employabilité de leurs diplômés. Après avoir, jadis, limité la formation dite “professionnelle” à celle des ouvriers, l’analyse actuelle conduit à reconnaître la professionnalité d’un médecin, d’un enseignant ou d’un ingénieur et de leur formation. À l’université, les Masters professionnels se multiplient. À court ou moyen terme, chaque élève devra donc suivre une telle formation professionnelle. Un nouveau cadre se dessine : la formation tout au long de la vie et la diversité des parcours sont désormais des réalités qui doivent être prises en compte dans toute orientation. Par ailleurs, la volonté de créer un espace éducatif européen est de plus en plus prégnante : mise en cohérence des systèmes de certification, reconnaissance mutuelle de diplômes, création de programmes incitant à la mobilité internationale, évaluation des systèmes de formation sur la base d’indicateurs partagés. De plus, l’économie mondiale impacte les objectifs des systèmes éducatifs, en particulier, pour le nôtre, dans l’usage des diplômes professionnels, du CAP au titre d’ingénieur. En Europe, la co-évaluation des diplômes est annoncée pour 2010. Les lois de décentralisation et la déconcentration des services de l’État font aujourd’hui de l’échelon régional celui de la mise en oeuvre des politiques publiques d’orientation, de formation et d’insertion, avec un affichage d’objectifs régionaux, nationaux et internationaux. De plus le développement de l’apprentissage, la multiplicité des acteurs de la formation et la concurrence des dispositifs rendent peu lisibles les parcours possibles. Tout cela pose la question de la gouvernance du système en vue d’améliorer la formation et l’insertion des élèves comme des adultes. Les contenus de formation, la mise en oeuvre dès l’école primaire d’une approche par les compétences, la lutte contre les sorties sans qualification, le développement de l’apprentissage public ou l’individualisation des parcours et des pédagogies pour les élèves, les apprentis et les adultes sont donc questionnés. L’Éducation nationale, en particulier les EPLE et les chefs d’établissement, est amenée à s’interroger sur la façon d’améliorer l’orientation dans une perspective mondiale de formation tout au long de la vie. Les évolutions envisagées renvoient à la gestion des ressources humaines : comment recruter, former et accompagner les personnels ? Éclairées par les évolutions internationales, ces questions seront posées d’abord sous forme d’un état des lieux, puis à la recherche d’évolutions souhaitables. Les voix diverses qui se feront entendre – la parole sera donnée à des cadres et des enseignants, aux parents d’élèves, aux universités, à d’autres acteurs de l’État, à des Conseils régionaux, aux entreprises, aux chambres consulaires et aux partenaires sociaux – permettront d’aborder cette thématique dans toute sa richesse et sa complexité.

Nous tenterons ainsi de dégager les principaux enjeux de la formation initiale et professionnelle dans un système éducatif dont l’ambition est de permettre l’insertion et l’épanouissement personnel des citoyens de demain, et leur adaptabilité à une société en constante mutation.

Alain BOUVIER, Président de l’AFAE, Membre du Haut Conseil de l’Éducation

 

Le programme

 

30e colloque national : École et collectivités territoriales : nouveaux enjeux, nouveaux défis

École et collectivités territoriales : nouveaux enjeux, nouveaux défis

Nantes, 04, 05 et 06 avril 2008

À l’occasion de son 30e colloque national, l’AFAE, lieu de libres discussions et véritable laboratoire d’idées, se propose d’approfondir la question des rapports entre l’École et les collectivités territoriales : bilans, premiers éléments de réponse, nouvelles questions, nouveaux enjeux, nouveaux défis, nouvelles perspectives.

Est-on au clair sur le partage des responsabilités avec les collectivités territoriales ? Jusqu’à quel point et dans quelle direction cette évolution va-t-elle se poursuivre ? À l’heure de la remise en question de la carte scolaire dans la majorité des pays de l’OCDE, comment sont gérées en France les inégalités : inégalités territoriales d’une part, inégalités sociales et scolaires de l’autre ? Les collectivités répondent-elles mieux à ces questions que l’État ? Quelles interventions souhaiter des collectivités pour réduire les inégalités sociales ? Et quelles actions attendre de l’État pour réduire les inégalités territoriales ?

La décentralisation a changé le rôle des partenaires éducatifs : en quoi a-t-elle modifié les responsabilités du chef d’établissement et produit-elle un nouveau type de manager ? En quoi la décentralisation, son acte II et le transfert des techniciens ouvriers de service (TOS) modifient-ils le rôle des gestionnaires d’EPLE ?

Si chaque EPLE est lié à l’État et à une collectivité territoriale, peut-on pour autant en déduire qu’il est sous une double tutelle ? Les EPLE ont mis plus de vingt ans à s’approprier, non sans mal, les démarches de projet. Ils doivent aujourd’hui signer un contrat d’objectif avec l’État et une convention avec leur collectivité de rattachement. Quelles nouvelles pratiques voit-on émerger ? Comment et à qui les collectivités demandent-elles des comptes sur les résultats ? À quelles évaluations procèdent-elles déjà et quelles extensions envisagent-elles ? Vers quel nouveau paysage se dirige-t-on ?

La région a la maîtrise du plan régional de formation professionnelle (PRDFP) et intervient dans sa mise en oeuvre effective. Quelles sont les incidences sur la formation initiale et continue dispensée dans les lycées professionnels ? Quelle approche territoriale des formations discerne-t-on, notamment dans le rapport à l’emploi et l’insertion professionnelle ?

Nous avons choisi de donner la parole à des cadres de l’Éducation nationale, mais aussi à des responsables issus de conseils régionaux, de conseils généraux et de municipalités. Ils sont devenus par les lois de décentralisation de véritables partenaires du système éducatif et souhaitent maintenant davantage en termes de gouvernance : devenir des parties prenantes. Le point de vue d’homologues internationaux viendra enrichir les débats. Ces voix diverses permettront d’aborder le thème des rapports entre l’École et les collectivités territoriales dans toute sa richesse et sa complexité.

Outre l’assemblée générale annuelle de l’association qui se tiendra à cette occasion et nous donnera l’opportunité de présenter à nos adhérents nos récentes réalisations et nos ambitieux projets, ce colloque nous permettra de fêter le 30e anniversaire de notre association et d’en réaffirmer l’identité, les valeurs et les objectifs pour demain.

Alain Bouvier, président de l’AFAE, membre du Haut Conseil de l’Éducation

 

Le programme

 

29e colloque national : Réussite des élèves, performances des établissements

Réussite des élèves, performances des établissements

Marly-Le-Roi, 16, 17 et 18 mars 2007

Qu’est-ce en définitive que réussir à l’école ? Un élève réussit-il quand il a de bons résultats ? Quand il décroche des diplômes ? Quand il choisit des filières et des établissements valorisés ? Quand il s’insère avec succès dans le monde professionnel ? Quand il a les compétences requises pour faire évoluer sa carrière professionnelle tout au long de sa vie ?

Qu’est-ce qu’un établissement performant ? Un établissement où les élèves s’épanouissent, se forment à la citoyenneté et aux exigences de la vie collective ? Où les élèves réussissent aux examens ? Mais est-ce la même chose de voir ses élèves réussir, lorsqu’on les a, d’une manière ou d’une autre, sélectionnés parmi les meilleurs ou lorsqu’on les accueille en fonction de la carte scolaire ? La réussite des élèves est-elle le seul élément de performance d’un établissement ? La performance d’un établissement est-elle une condition de la réussite des élèves ?

La réussite comme la performance sont, actuellement, des impératifs indiscutables – et de ce fait, trop peu discutés – qui s’imposent aux personnes comme aux structures, à tous les niveaux de nos sociétés. L’enjeu du débat est de remettre de la pluralité dans le questionnement, de la discussion dans le diktat. Ce qui importe ici est le pluriel : il n’y a pas une mais des réussites, pas une mais des performances, comme il ne peut être question que des élèves et des établissements.

Il faut pour aborder ce sujet croiser les approches, multiplier les perspectives. Comment évoluent les mesures de compétences ? Comment la continuité ou les discontinuités du système éducatif influent-elles sur la réussite des élèves ? Comment un établissement contribue-t-il à la réussite de ses élèves : par la création d’un « climat » favorable ? Par le leadership d’un chef d’établissement ? Par les marges de manœuvre, en terme d’innovation pédagogique, par exemple, que lui offre son autonomie ? En quoi l’inscription de l’établissement dans un paysage partenarial et un réseau social contribue-t-elle à sa performance et à la réussite des élèves ? Comment analyser les écarts de performances entre établissements ? Comment définir les indicateurs de performances ? La LOLF changera-t-elle la nature de cette performance et les outils qui la mesurent ? Comment situer l’établissement par rapport aux attentes de résultats de la tutelle académique et des collectivités territoriales ? La réussite des élèves étant au cœur du projet éducatif, aussi bien au niveau individuel que collectif, tout ce qui peut être mis en œuvre pour la favoriser doit être questionné.

Ce XXIXe colloque national de l’AFAE sera une nouvelle fois l’occasion de susciter le débat autour de questions qui sont au cœur des objectifs de l’École et de chacun de ses acteurs et partenaires. Les voix diverses qui se feront entendre – élèves, parents d’élèves, chefs d’établissements, inspecteurs, cadres du Ministère de l’Éducation nationale, ou des collectivités territoriales, chercheurs, responsables associatifs – permettront d’aborder le thème dans toute sa richesse et sa complexité, par des conférences, tables rondes, ateliers et regards croisés, en ayant à cœur d’œuvrer à rendre plus efficace le service public d’éducation, condition de réussite des élèves.

Alain Warzée, Président de l’AFAE, Inspecteur général de l’Éducation nationale

 

Le programme

27e colloque national : De la classe à l’établissement : responsabilité individuelle, responsabilités collectives

De la classe à l’établissement : responsabilité individuelle, responsabilités collectives

Marly-le-Roi, 11, 12 et 13 mars 2005

Une tenace tradition professionnelle tend trop souvent à opposer, dans notre système éducatif français, une culture pédagogique et une culture administrative, et à faire ainsi obstacle à l’indispensable travail en commun des enseignants et de leur encadrement. Refusant la fatalité de cette dualité de cultures antagonistes, le XXVIIème colloque de l’AFAE vous propose de dépasser les réticences ou les malentendus auxquels elle a pu donner lieu dans les établissements, en examinant comment mieux mettre les enseignants en mesure d’exercer des responsabilités collectives au sein de leur collège ou de leur lycée, et de s’associer au fonctionnement à la fois pédagogique et administratif de leur établissement.

Il ne faudrait pas noircir le tableau de cette distinction des cultures : il existe heureusement de nombreux exemples de travail commun entre les pédagogues et les administratifs, dans nos établissements : certaines fonctions, déjà, comme celles de professeur principal, ou de chef de travaux bousculent ces frontières ; de nouvelles modalités pédagogiques (IDD, TPE, PPCP, etc.) présentent de nombreuses opportunités de projets collectifs qui peuvent faire évoluer la fonction pédagogique au sein des équipes ; enfin, des expériences innovantes ont permis la participation des enseignants à la vie de l’établissement, dans le cadre de pratiques ou de dispositifs à la fois pédagogiques et administratifs.

Mais comment exploiter ces avancées ou ces innovations ? Comment susciter la prise de responsabilités ? Les expériences déjà en cours dans certains établissements peuvent-elles être étendues, voire généralisées ? Dans quelles conditions ? En quoi la conception d’un projet peut-elle fédérer tous les acteurs d’un établissement autour d’objectifs communs ? Comment donner sens aux différents conseils, les rendre moins formels, et en faire des instances de conduite réellement concertée de l’établissement ? Comment, enfin, assurer à tous les acteurs une maîtrise partagée des indicateurs et des outils de pilotage ?

La culture professionnelle des personnels de direction, leur formation même, les incitent-elles à évoluer vers un exercice plus participatif des responsabilités ? Ne peut-on aussi s’interroger sur la formation des professeurs, et sur les moyens, dans les établissements, de concilier dynamique de projet et continuité, innovation et permanence ? Qu’en est-il dans le premier degré ? Et dans l’enseignement privé ? Les expériences de fonctionnement chez nos voisins européens peuvent-elles nous apporter un éclairage comparatif utile ?

Autant de questions d’actualité qui seront abordées dans le cadre des conférences, des ateliers et de la table ronde du XXVIIème colloque, et auxquelles nous essaierons de répondre avec vous, les 11, 12 et 13 mars prochains, en cernant les différentes approches qui permettent de passer de la classe à l’établissement, et de la responsabilité individuelle de l’enseignant aux responsabilités collectives qu’impliquent l’efficacité du service public d’éducation et la qualité de l’enseignement, conditions de la réussite des élèves.

Alain WARZÉE, Inspecteur général de l’Éducation nationale, Président de l’AFAE

Le programme

28e colloque national : Concordance et discordances des temps de l’éducation

Concordance et discordances des temps de l’éducation

Caen, 17, 18 et 19 mars 2006

L’École n’échappe pas aux tensions nées, dans nos sociétés, d’une accélération générale des phénomènes économiques, politiques et sociaux et des pratiques culturelles : elle en est sans doute un des révélateurs. Mais son ambition, ses pratiques et ses finalités s’en trouvent elles-mêmes questionnées.

Comment concilier en effet le temps long d’un apprentissage, qui accompagne le développement d’un enfant et d’un jeune adulte et n’en finit pas de se prolonger – il ne connaît d’ailleurs aujourd’hui plus de terme puisque la formation s’inscrit tout au long de la vie -, avec les diktats d’immédiateté et d’instantanéité de nos cultures médiatiques ? comment articuler l’épanouissement de chaque élève avec les obligations normées de résultats ? la mise en place de politiques qui engagent les générations à venir et la gestion quotidienne d’un système complexe ? la prise de décision à long terme et l’exigence politicienne de résultats tangibles immédiats ? la standardisation des cursus et des programmes et la plasticité indispensable à la gestion des groupes et des personnes ? la transmission des savoirs et des connaissances dans toute leur dimension patrimoniale et la nécessité de s’adapter à ce qui est et surtout à ce qui n’est pas encore ?

On le voit, ce n’est pas seulement l’éducation en tant que pratique parfois discordante par rapport aux phénomènes culturels contemporains qui est en question, mais l’École elle-même comme institution, sa gestion et son évaluation, sa double inscription dans le prospectif et dans l’actuel, son articulation avec son environnement, familles ou collectivités.

L’enjeu de l’éducation est sans doute plus que jamais de construire de la continuité dans cette discordance des temps et des injonctions culturelles, et de permettre à chaque enfant de reconnaître son parcours personnel à long terme dans l’offre collective et normée que lui présente l’école. Si le décalage des temps, voire leur discordance, est donc essentiel au projet éducatif, les temps de l’éducation subissent désormais une tension plus forte, née de cette dictature de la vitesse, pour reprendre la formule de Paul Virilio, qui exige de l’enfant, du professeur, de l’établissement et de l’institution de rendre des comptes immédiats et d’attester des résultats rapides alors qu’ils prennent en charge des processus lents.

Ce XXVIIIe colloque de l’AFAE doit être l’occasion de nous interroger sur ce jeu de concordance/discordances, d’harmonies et de dissonances qui sont au cœur des projets éducatifs et des organisations qui structurent l’École. Nous essaierons, grâce à des voix diverses – ainsi que le veut l’esprit de notre association – celles d’élèves, de parents d’élèves, d’enseignants, de chefs d’établissements, d’inspecteurs, de cadres du Ministère de l’Éducation nationale, de chercheurs, de responsables de collectivités territoriales, d’aborder ce thème dans toute sa complexité et sa richesse, par des conférences, des tables rondes et ateliers, en ayant à cœur de penser ce qui peut être fait pour rendre toujours plus efficace un système dont l’ambition est d’abord, de façon démocratique, d’enrichir le temps de formation de chaque individu, de l’accompagner dans son devenir adulte et citoyen et de faire advenir ses projets individuels et la promesse collective dont sa réussite participe.

Alain WARZÉE, Président de l’AFAE

Le programme